*

21 jours - dans l’industrie de la pornographie

21 jours

dans l’industrie de la pornographie

(Jour) 1

  • Moral : Incertaine
  • État d'esprit : Rêver d’ailleurs
  • Niveau de bien-être 3
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 0
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

Comment aborder un sujet tabou et qui à la base, je dois l'avouer, ne m'inspire pas tant que ça ?

Au moment où je commence cette expérience, le réalisateur de 21 jours me prête un essai qui s'intitule « Le jaguar et le tamarin, anthropologie de la pornographie ». Et dans ce livre, il y a une toute petite citation de George Orwell qui résume tout à fait mon ambivalence face à ce sujet « Il est difficile de discuter d'obscénité parce que les gens ont trop peur soit de paraître scandalisés, soit de ne pas paraître scandalisés ».

Alors que j'ai entamé chaque expérience de la saison 1 de 21 jours avec une grande ouverture et le réel désir d'en apprendre plus, cette fois, je dois admettre que j'ai de la difficulté à développer une curiosité d'esprit face à ce milieu. Est-ce que ce sentiment serait lié à cette ambivalence par rapport au sujet, à cet état de déséquilibre dans lequel il me plonge ? Quoiqu'il en soit, une chose est certaine, j'ai réellement de la difficulté à trouver une manière et une position confortable pour l'aborder. Et au moment où je commence cette aventure, j'ai l'impression de me retrouver devant une montagne d'appréhensions.

(Jour) 2

  • Moral : Bof
  • État d'esprit : Rassurée en partie
  • Niveau de bien-être 3
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 1
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 0
    • Ouïe 2
    • Toucher 0

Maintenant que je connais l'équipe, j'ai beaucoup moins d'appréhensions.

Sincèrement, j'ai vraiment éprouvé un certain soulagement après avoir passé du temps en compagnie des gars de Pegas, en particulier Nicola, le patron de la compagnie. Premièrement, il est très brillant et organisé. J'apprécie le fait qu'il ait l'ouverture d'entendre mon point de vue sur son milieu, et qu'il se permette de contre argumenter de façon posée et intelligente. Aussi, c'est un gars calme, rassurant et très respectueux. Tant qu'à faire une incursion dans ce domaine, je préfère de loin le faire aux côtés de quelqu'un comme lui. 

(Jour) 3

  • Moral : Neutre
  • État d'esprit : À la recherche de mécanismes
  • Niveau de bien-être 4
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 0
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 3
    • Toucher 0

Aujourd'hui, j'en suis venue au constat suivant...

Tant qu'à faire un 21 jours dans un milieu avec lequel je ne me trouve pas beaucoup d'affinités, aussi bien trouver des moyens pour passer à travers cette période avec une certaine sérénité. Le truc que j'ai trouvé à présent ? Me raccrocher aux aspects techniques et pratiques de la job. Par exemple, si je me mets à parler de la correction de couleurs avec le monteur, plutôt que de parler du contenu des images sur son écran, je me retrouve en terrain connu et j'ai vraiment le sentiment de partager et apprendre quelque chose.

(Jour) 4

  • Moral : Surprise
  • État d'esprit : En mode travail
  • Niveau de bien-être 2
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 2
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 3
    • Toucher 0

Aujourd'hui, nous avons eu une réunion avec l'assistant réalisateur pour planifier les tournages qui s'en viennent (et que j'appréhende!).

J'étais très surprise de constater à quel point les gars sont très organisés. Ils ont des plans de tournage, un formulaire à remplir pour chaque scène afin qu'ils n'oublient rien, des archives remplies d'informations pertinentes sur leurs acteurs, etc. Bref, ils savent ce qu'ils font et où ils s'en vont. Et ça me rassure.

(Jour) 5

  • Moral : Estomaquée
  • État d'esprit : Mieux vaut en rire…
  • Niveau de bien-être 4
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 4
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 3
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

Aujourd'hui j'ai fait des recherches...

Des recherches sur différentes actrices porno afin d'accumuler des informations les caractérisant, question de pouvoir ensuite écrire de courtes biographies sur le site de Pegas Productions. Un des grands constats que je retire de cet exercice ? De l'extérieur, évoluer dans le milieu de la pornographie, pour elles, semble définitivement une façon de se valoriser. Des phrases comme «  elle a tourné son premier porn alors qu'elle venait à peine de perdre sa virginité ! » ou « Reconnue pour avoir les plus gros seins au Canada ! » me ramène toujours à la même question : mais pourquoi ça a de la valeur à leurs yeux ? Probablement qu'une partie de la réponse se trouve dans le monde extérieur à cet univers, le monde « normal » où évoluent monsieur et madame tout le monde mais dans lequel le sexe sert à vendre à peu près n'importe quoi.  

(Jour) 6

  • Moral : Nerveuse
  • État d'esprit : Oulàlà…
  • Niveau de bien-être 1
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 2
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

Demain, ce sera mon initiation avec un premier tournage.

Jusqu'à présent, dans le cadre de cette expérience, je n'ai été confrontée qu'au contenu de divers sites. Il y avait toujours un écran entre moi et cet univers. Mais j'appréhende ce moment où ce sera réel. Et j'ai beau me dire que plein de gens tournent ce genre de scènes régulièrement pour des films grand public, je reste mal à l'aise à l'idée d'être associée à du contenu de films pornographiques.

Le hasard veut que je développe en parallèle un documentaire sur les effets du contenu pornographique sur les jeunes et, connaissant les impacts négatifs que ça peut avoir, je n'aime pas l'idée d'y être associée. En contrepartie, je me rassure en me disant que je le fais pour une série (21 JOURS) en laquelle je crois beaucoup et qui, heureusement, me laisse de la place pour faire valoir ma réflexion sur le sujet.

(Jour) 7

  • Moral : Estomaquée
  • État d'esprit : De l’autre côté du miroir
  • Niveau de bien-être 1
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 2
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 3
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

Je me sens comme Alice qui vient de passer de l'autre côté du miroir.

Dans un univers où le surréel a un sens.

Finalement, aujourd'hui, nous n'avons pas tourné de scènes, mais nous avons plutôt rencontré des participants intéressés à commencer à travailler dans l'univers des films XXX. L'histoire de « Leena » et son conjoint « Popsicle » (SIC) m'a complètement sidérée. Les deux quadragénaires au look d'ado avec leurs cheveux roses (exactement la même teinte pour les deux) et leurs costumes (imaginés par Popsicle, dessinés et conçus par Lena) sont arrivés, fébriles et motivés, afin de nous expliquer leur motivation à tourner pour Pegas : Leena rêve d'une orgie au sein de laquelle elle se retrouverait entourée d'hommes. Idéalement, pour elle, il en faudrait au moins une dizaine, et ce serait encore mieux entre 15 et 20.

Son conjoint, admiratif et amoureux, nous précise qu'il aimerait participer à titre de « chearleader » auprès des autres hommes pour les encourager et les rendre confortables… Je suis restée sans voix pendant un instant, prenant pleinement conscience que j'étais en train de faire passer une entrevue à ce couple. Bref, aujourd'hui, je suis devenue Alice qui a traversé le miroir.

(Jour) 8

  • Moral : Embarrassée
  • État d'esprit : Plonger dans le bain
  • Niveau de bien-être 0
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 0
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 5
    • Odorat 2
    • Ouïe 5
    • Toucher 3

Ça y est. C'est finalement aujourd'hui que j'aurai eu mon baptême de tournage de film XXX.

Premier constat ? Tout est très mécanique. Le temps de préparation est très long. Chaque position est étudiée pour qu'on puisse en voir le maximum à la caméra, tout en ayant un souci d'une certaine esthétique.  Là-dessus, c'est fou comme les gars de Pegas sont minutieux. Une photo est prise et sert de référence pour quand on entre dans l'action.

C'est quand on commence à tourner qu'on se rend compte qu'on n'est pas à Hollywood et que les acteurs (les actrices dans ce cas-ci) ne font pas semblant. Tout devient alors un peu décalé. Aujourd'hui mon rôle consistait à fournir les photos de référence sur demande. Lorsque mon aide n'était pas sollicitée, je faisais tout pour regarder ailleurs.

(Jour) 9

  • Moral : En déséquilibre
  • État d'esprit : Profond malaise
  • Niveau de bien-être 0
  • Niveau de fatigue 3
  • Niveau de compétence 0
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 5
    • Odorat 2
    • Ouïe 5
    • Toucher 3

Depuis le début de l'expérience, aujourd'hui est le moment où je me suis sentie le plus déstabilisée, avec ce sentiment très fort que j'aurais voulu être partout ailleurs sauf sur le plateau.

Pour être honnête, je savais à l'avance que j'allais être inconfortable à différentes reprises pendant ce 21 jours, mais je n'avais jamais envisagé éprouver un malaise à ce point. Je n'avais jamais imaginé que ça viendrait à ce point remuer quelque chose d'aussi fort en moi. Pourquoi ? Je n'arrive pas à mettre le doigt dessus exactement. Parce que je n'ai aucun plaisir à regarder des gens baiser devant moi de façon mécanique, sans aucune émotion et parfois, sans aucun plaisir.

Je crois que la personne qui a su le mieux décrire ce qui était en train de se passer est le réalisateur de cet épisode de 21 jours. Il a dit : la pornographie, c'est l'assassinat de l'intimité. Dans tout ce que ça implique. Et pour moi, il y a quelque chose de très triste dans ce constat.

(Jour) 10

  • Moral : Apaisée
  • État d'esprit : Retour à la vie rangée
  • Niveau de bien-être 6
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 6
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 1
    • Ouïe 1
    • Toucher 1

Retrouver ma vraie vie

Ce matin, parce que je n'étais ni à Québec (je ferai du télétravail au cours des prochains jours), ni en tournage, j'ai pu m'occuper de mon fils et l'amener à la garderie. Ça m'a fait beaucoup de bien de replonger dans cette routine, marquée par la tendresse et la complicité entre mon fils et moi. J'avais en quelque sorte l'impression que je m'étais trompée de vie dans les derniers jours et que je retrouvais enfin ma vraie vie.

Impression momentanée bien sûr, puisqu'une fois mon fils à la garderie, je me suis replongée dans un contenu XXX. Mais là aussi, il y avait quelque chose de rassurant : j'étais de retour derrière mon écran. C'est fou à quel point cet écran me sert jusqu'à présent de barrière. Il aide à créer une distance, bénéfique en quelque sorte, que j'ai complètement perdue lors des jours de tournage.

Et à la suite de ce constat, je ne peux m'empêcher de me poser la question : si on demandait à des consommateurs de pornographie sur Internet de venir assister à un tournage dans la vraie vie, combien d'entre eux seraient réellement à l'aise d'être là ?    

(Jour) 11

  • Moral : Perplexe
  • État d'esprit : Entre deux mondes
  • Niveau de bien-être 7
  • Niveau de fatigue 2
  • Niveau de compétence 4
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 0
    • Ouïe 0
    • Toucher 0

Pour quelques jours, je suis de retour à la maison et je fais donc du télétravail.

Une grande partie des décisions se prennent donc sur Skype avec Nicola de retour à Québec et Mike, son assistant, qui vit à Montréal. Il m'est donc arrivé de vivre quelques situations cocasses comme celle d'être en train de préparer mon fils pour la garderie tout en examinant, en même temps, une liste de bars de danseuses et bars échangistes comme lieux de tournage potentiels. De passer d'un monde hyper sexuel au monde de l'enfance d'un instant à l'autre est bizarre, incongru. Et pourtant, elles existent, ces mères qui passent chaque jour d'un univers à l'autre.

Je me pose la question si elles aussi, elles ont trouvé ça bizarre au début, tout en finissant par s'habituer à la longue – j'imagine qu'on finit toujours par trouver un moyen de banaliser cet univers hyper-sexualisé. Ou alors, dès le départ, tout était-il déjà naturel pour elles de passer d'un monde à l'autre ? 

(Jour) 12

  • Moral : Bien
  • État d'esprit : Prendre position
  • Niveau de bien-être 7
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

La force de l'intimité

Une des prévisions que j'avais, en commençant mon 21 jours, était celle que j'allais nécessairement atteindre, éventuellement, un niveau de saturation élevé par rapport au sexe, à force de baigner constamment dans cet univers. Je viens de dépasser la moitié de mon expérience et ce n'est pas ce qui est en train de se passer.

En fait, je me rends compte que je fais tout pour éviter de tomber dans le piège de banaliser ce que je vois. Je n'ai pas envie de trouver ça banal une double pénétration, un gang bang ou tout ce qu'on peut imaginer d'autre. Et ça n'enlève rien au respect que j'ai pour les gars de Pegas qui travaillent toujours avec considération pour leurs acteurs et actrices. Mais je constate que plus les jours avancent, plus je me positionne à l'opposé de la banalisation. Plus que jamais, je crois en la force de l'intimité.

(Jour) 13

  • Moral : Perplexe
  • État d'esprit : Le spectre de la nature humaine
  • Niveau de bien-être 8
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 2
    • Toucher 0

Retour dans le temps

Aujourd'hui, j'ai fait une petite parenthèse de deux heures à mon 21 jours dans le milieu de la porno pour retrouver un univers complètement différent, celui des autistes. À la suite de mon tournage avec les enfants autistes lors de la saison 1 de 21 jours, je me suis fait invitée à donner une conférence cette année au salon organisé par Johanne, la maman des enfants.

C'est fou le fossé que ça a créé pour moi. Reprendre contact avec la réalité de tous ces parents à bout de souffle, qui comptent leurs moments de répit annuels sur le bout de leurs doigts, m'a remuée. Chaque jour est un combat pour eux ; leur esprit n'est jamais, jamais en paix. Mise en perspective face à cet état de survie, la pornographie est définitivement un luxe.

Une fois de retour de la conférence, derrière mon clavier, j'ai repris mon mandat qui consistait à écrire un court résumé pour des films XXX sur le site de Pegas. Tout me semblait, du coup, bien futile.

(Jour) 14

  • Moral : Bien
  • État d'esprit : L'esprit d'équipe
  • Niveau de bien-être 8
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 6
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 0

De retour à Québec, je retrouve les gars de Pegas avec une bonne humeur sincère.

L'esprit d'équipe et la franche camaraderie qui règne dans la petite compagnie est définitivement ce que j'aime le plus de mon expérience. J'apprécie tellement le fait que les gars m'aient acceptée aussi facilement, même si je me qualifie régulièrement de matante devant ma méconnaissance du milieu. On en rit ensemble, je me fais taquiner et c'est toujours fait dans un grand respect. Ça fait partie des valeurs de la compagnie et ça paraît. Il en va de même pour les actrices et acteurs qui travaillent pour Pegas. Jamais, je n'ai senti Nicola pousser quelqu'un au-delà de ses limites ; il fait toujours preuve de respect et prend la peine de bien cerner la personne et ce avec quoi elle est à l'aise avant d'écrire un scénario pour elle.

 

(Jour) 15

  • Moral : Bien
  • État d'esprit : Originalité par le tatouage
  • Niveau de bien-être 6
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 2
    • Toucher 0

Trouver la singularité dans la redondance.

De retour aujourd'hui à l'une des tâches qui provoquent en moi le plus de réflexions depuis mes débuts de l'expérience : l'écriture de biographie d'actrices XXX. Il y a énormément de filles sur lesquelles je dois écrire et, très franchement, je peine souvent à trouver des formules qui feront en sorte que l'une se distinguera d'une autre.

Ce qui m'amène à un constat : tout finit par être redondant, les « scénarios », le contexte, la façon dont les films sont tournés, les fantasmes et les filles, surtout. Je ne sais pas si c'est un hasard, le fait que les tatouages soient si populaires dans ce milieu, mais je suis forcée d'admettre que je dois souvent me rabattre sur un détail de la sorte –l'originalité d'un tatouage - pour trouver une distinction quelconque pour une fille.  

(Jour) 16

  • Moral : Ambivalente
  • État d'esprit : Le rêve de la pornstar
  • Niveau de bien-être 6
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 6
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 0
    • Toucher 0

Aujourd'hui, les bureaux de Pegas Productions ressemblent à une petite ruche.

Tout le monde s'affaire à préparer la journée de demain : des auditions pour des hommes qui fantasment de devenir pornstars. D'où vient ce rêve ? Bien sûr, la plupart répondront que c'est le contexte rêvé pour baiser de belles filles. Mais il y a plus.

Puisqu'une de mes tâches est d'entrer en contact avec nos candidats potentiels afin de confirmer leur présence, j'ai l'occasion de m'entretenir de vive voix avec la plupart d'entre eux. Et je constate à quel point, derrière le souhait de devenir pornstar, il y a ce désir de briller, celui de se sentir apprécié et reconnu. Et de l'extérieur, travailler dans le milieu XXX apparaît comme une façon facile et rapide d'accéder au statut de star. Surtout lorsqu'on n'a pas d'autres moyens à notre portée pour y parvenir. En somme, au-delà du sexe, ce rêve répond tout simplement à un besoin primal d'être aimé, reconnu et admiré.

(Jour) 17

  • Moral : Mitigée
  • État d'esprit : Un peu d’humanité dans la XXX
  • Niveau de bien-être 2
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 4
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 5
    • Odorat 1
    • Ouïe 5
    • Toucher 1

Premier tournage depuis longtemps.

Une chose était différente pour moi cette fois-ci ; j'ai eu l'occasion de m'entretenir plus en profondeur avec certains acteurs – dans ce cas-ci on peut plutôt parler de « participants aux auditions » - et ça a amené une certaine humanité dans cet univers qui m'apparaît toujours superficiel, décalé de la réalité.

De cette journée, je retiens surtout cette rencontre « à la Romain Gary » que j'y ai faite. Un père venu accompagner son fils (adoptif) pour le soutenir dans son rêve de devenir pornstar. Il y avait à la fois quelque chose de tordu dans le fait de le voir stressé par la peur que son fils ne tiennent pas le coup (c'est-à-dire qu'il ne réussisse pas à garder son érection pendant le tournage) et, en même temps, quelque chose d'attendrissant dans son désir d'encourager son fils aller jusqu'au bout de ses rêves, et dans son choix de le supporter coûte que coûte. Somme toute, dans un contexte - disons-le - plutôt malsain pour le commun des mortels, il y avait surtout ce père qui désirait plus que tout au monde le bonheur de son fils.

(Jour) 18

  • Moral : Neutre
  • État d'esprit : L’accomplissement
  • Niveau de bien-être 7
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 1
    • Ouïe 1
    • Toucher 1

Un autre lendemain de tournage.

Encore cette sensation de retrouver une existence « plus normale », comme si les journées de tournage de films XXX me projetaient systématiquement dans un univers paranormal, en marge de la société. J'arrive presque à la fin de mon expérience et, définitivement, je dois admettre que je n'ai pas trouvé une manière de me sentir plus à l'aise en situation de tournage.

Hier, Nala - dont c'était  le baptême de la caméra – me disait que pour elle, à l'âge de presque 40 ans, c'était un accomplissement ultime d'arriver à cette étape dans sa vie, après avoir découvert et assumé sa sexualité hors norme. Une façon pour elle de crier au monde entier qui elle est et de forcer les gens à l'accepter telle qu'elle est.  Je la comprends, et je la respecte pour ce choix.

Dans mon cas, je me trouve à faire un peu l'inverse. Plus je chemine au cours de cette expérience, plus je vois des films et des acteurs exhibitionnistes, plus j'ai envie de prendre position et renforcer l'importance que j'accorde à l'intimité et au sens dans une relation sexuelle. 

(Jour) 19

  • Moral : Bien
  • État d'esprit : Les derniers miles
  • Niveau de bien-être 7
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 8
  • Jauge des sens
    • Vue 3
    • Odorat 0
    • Ouïe 3
    • Toucher 0

Ça y est, je viens d'atteindre un état d'overdose.

Je compte les jours qu'il me reste avant de fermer une fois pour toutes ces fenêtres de mon navigateur ouvertes sur différents sites XXX ! Je ressens une immense fatigue mentale devant toutes ces images qui, du coup, reviennent toujours aux mêmes. Je remarque à quel point la pornographie occulte l'imagination. On voit tout. Et si c'était humainement possible d'en montrer d'avantage, on le verrait certainement.

Les scénarios demeurent les mêmes, sensiblement. Seuls les acteurs, et en particulier les actrices, changent. Et justement parce que les visages et les corps changent si souvent, ceux-ci finissent par devenir anonymes. Tout s'amalgame, rien ne se distingue vraiment. Dans ce contexte, je vois bien à travers les gars de Pegas Productions à quel point il faut ramer et user de subterfuges pour trouver des moyens de se démarquer dans cet univers.

(Jour) 20

  • Moral : Touchée
  • État d'esprit : Les blessures et les manques
  • Niveau de bien-être 8
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 7
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 1
  • Jauge des sens
    • Vue 1
    • Odorat 0
    • Ouïe 1
    • Toucher 1

Craindre l'intimité

Aujourd'hui, j'ai passé ma soirée avec Leena, jeune actrice XXX qui a fait ses débuts dans le métier il y a quelques mois. Je ressors de cette rencontre avec des sentiments mitigés. D'une part, j'éprouve de l'admiration envers cette jeune fille qui assume complètement ce qu'elle fait, sans gêne, ni fausses attentes. D'autre part, j'éprouve une certaine tristesse face à son histoire.

Victime d'intimidation, ayant manqué d'attention et de reconnaissance pendant son enfance et adolescence, elle avoue avoir commencé à pratiquer ce métier pour pouvoir se construire une carapace, apprendre à faire face au jugement d'autrui. « J'ai vraiment peur de l'intimité, j'ai peur du regard des hommes sur moi » m'a-t-elle avouée tout de go. « On a tous eu un manque en quelque part quand on pratique  ce métier » a-t-elle enchaîné. D'une certaine façon, elle m'a aidé à prendre conscience que c'est un grand privilège, celui de ne pas craindre l'intimité. Et de pouvoir en profiter au quotidien.

(Jour) 21

  • Moral : Libérée
  • État d'esprit : Enfin, la fin
  • Niveau de bien-être 10
  • Niveau de fatigue 1
  • Niveau de compétence 5
  • Niveau de frustration 0
  • Apparence physique 9
  • Jauge des sens
    • Vue 2
    • Odorat 0
    • Ouïe 2
    • Toucher 0

Que m'aura appris cette expérience?

D'abord, que c'est possible de travailler dans le milieu XXX avec respect et professionnalisme, et avec des gens qui ont fait le choix d'y tenter leur chance en toute connaissance de cause. Ce constat, je le dois aux gars de Pegas Production qui, sans relâche, se sont montrés professionnels dans leur façon d'aborder le travail.

Aussi, ils ont fait preuve d'une grande gentillesse et ouverture à mon égard même si je ne partageais pas leur point de vue. Et ça, je l'apprécie vraiment. Si je ne consommais pas de porno avant l'expérience et que je n'en consommerai pas après, cette expérience m'aura aidé à comprendre pourquoi.

J'ai compris que pour moi, la sexualité était nécessairement liée à l'intimité, au contexte et à la signification d'un acte. Et c'est exactement tout ce qu'on ne retrouve pas dans la pornographie.

  • Jours
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
Confessions
Chargement...
Commentaires sur la série cet épisode

Écrire un commentaire

Utilisez le formulaire ci-dessous pour partager votre avis sur la série cet épisode.

270

Envoyer